Patience et frustrations

24 octobre 2019

Commentaire(s)

Aimez-vous le jardinage ?

Lorsque j’étais au Québec, j’ai commencé à faire pousser des légumes. J’avais un tout petit jardin de 4 m². J’ai planté des carottes, des courgettes, des concombres, des tomates… .

Au bout de quelques semaines, je me suis rendu compte que les carottes étaient trop serrées !
J’ai donc entrepris de déplanter les carottes et de les replanter plus espacées… !!

Grave erreur !

Lors de la récolte, les carottes étaient minuscules et tordues. :-((

Dieu m’a beaucoup parlé pendant que je faisais du jardinage.

Le royaume de Dieu est organique. Il se développe comme une plante.

L’une des choses fondamentales que j’ai apprises, c’est la PATIENCE.

Une fois qu’une graine est plantée, qu’on l’a arrosée et qu’on a désherbé le terrain, on ne peut rien faire de plus pour l’aider à pousser plus vite.

Certaines actions, comme lorsque j’ai replanté mes carottes, peuvent même être destructrices.

Un jour, j’étais en prière et j’exprimais mes frustrations à Dieu.

J’étais frustré de la réponse de l’église à mes enseignements.

J’étais frustré de la taille des fruits de mon ministère.

J’étais frustré parce que je ne savais pas ce que je pouvais faire de plus pour accélérer les choses.

C’est alors que j’ai eu une vision.

J’ai vu un champ avec des toutes petites pousses vertes qui émergeaient du sol.

Le Seigneur m’a montré que c’était le commencement de ce qui poussait dans les cœurs.

J’avais fait ce qu’il me demandait et il était en train de faire pousser sa Parole dans les cœurs.

Cela m’a rappelé la parabole de Jésus sur le royaume de Dieu :

 Il dit encore: «Voici à quoi ressemble le royaume de Dieu. Il est semblable à un homme qui jette de la semence en terre;  qu’il dorme ou qu’il reste éveillé, nuit et jour la semence germe et pousse sans qu’il sache comment. En effet, d’elle-même la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin le grain tout formé dans l’épi, et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car c’est le moment de la moisson.»(Marc 4:26-29)

La parole de Dieu est vivante.
Lorsqu’on enseigne avec l’aide du Saint-Esprit, la semence pousse sans qu’on sache vraiment comment et elle finit par porter du fruit.

Cela dit, cela prend du temps mais ce n’est pas parce que le fruit n’est pas encore mûr qu’il n’y a pas de croissance.

J’ai donc réalisé que beaucoup de mes frustrations venaient du fait que je voulais des fruits rapides ou instantanés et que je ne comprenais pas le processus de croissance dans les cœurs.

Je me suis donc fait une affiche** pour mettre dans mon bureau sur laquelle j’ai écrit :

SEMER

ARROSER

PATIENTER

RÉCOLTER

**(vous pouvez la télécharger en grand format ici)

Chaque fois que je passais devant cette affiche, je me rappelais la vision et la parabole de Jésus et cela m’évitait de développer de la frustration.

Que se passe-t-il lorsque l’on est frustré parce qu’on veut que les choses aillent trop vite ?

Tout d’abord, on peut être découragé parce qu’on a l’impression qu’on n’y arrivera jamais.

Deuxièmement, on peut penser que Dieu nous a abandonné alors qu’il est en train d’agir.

Troisièmement, on peut tenter d’agir pour accélérer la croissancecomme par exemple mettre de la pression sur les gens, les culpabiliser, se plaindre. Mais ces actions empêchent la croissance.

Quatrièmement, l’énergie que nous mettons en vain pour accélérer les choses, nous ne l’utilisons pas pour prendre soin de notre famille par exemple.

Cinquièment, nos frustrations finissent par transpirer de nous et pourrissent l’ambiance de notre équipe ou de notre famille.

Dans la parabole, Jésus dit que la semence pousse même pendant que celui qui l’a semée dort.
La frustration nous empêche de nous reposer, elle nous maintient agités, fébriles.

Il est nécessaire que nous ayons la foi que Dieu est en train d’agir dans les cœurs même si nous ne sommes pas encore au temps de la récolte.

Un agriculteur qui a semé dans un champ entreprend ensuite de labourer ou défricher une autre parcelle.
Les mauvaises frustrations nous empêchent de poursuivre ce que Dieu nous demande.
Du coup, on porte moins de fruits parce qu’on en veut tout de suite ! Paradoxal, non ?!

Cher(e) ami(e), êtes-vous frustré ?

Je vous invite à donner vos frustrations au Seigneur, et à lui demander de vous en parler. Faites une pause dans sa présence et mettez-vous à son écoute.

Lorsque j’ai vu dans cette vision les jeunes pousses, j’ai pu commencer à me réjouir parce que je savais qu’il y aurait une récolte.

Avec la perspective de Dieu, ma frustration s’est changée en joie anticipée.

Souvenez-vous que les frustrations vous empêchent d’accomplir la volonté de Dieu.

Nous semons, nous arrosons de nos prières, mais c’est Dieu qui fait croître !

Je prie que le poids des frustrations dans votre vie soit remplacé par l’espoir de la récolte et la force de la joie du Seigneur !

Je serais heureux de lire votre commentaire suite à ce message.

À bientôt !

PS : Si vous voulez augmenter votre niveau de joie, je vous conseille mon  livre de méditation : Joie surnaturelle dont vous pouvez télécharger un extrait ici

David Théry

Des enseignements pratiques pour expérimenter Dieu

Je vous recommande aussi :

Surmonter les frustrations

Surmonter les frustrations

Aimez-vous le jardinage ? Lorsque j’étais au Québec, j’ai commencé à faire pousser des légumes. J’avais un tout petit jardin de 4 m². J’ai planté des carottes, des courgettes, des concombres, des tomates… . Au bout de quelques semaines, je me suis rendu compte que les...

Remède à la PASTORISATION

Remède à la PASTORISATION

La pasteurisation est un procédé qui détruit les microbes dans les produits alimentaires. J’aimerais aujourd'hui vous parler de la pastorisation, ce processus de transformation du pasteur en statue inaccessible et drapée de dignité. La pastorisation détruit...

Professionnels de la prière ou amoureux de Jésus ?

Professionnels de la prière ou amoureux de Jésus ?

Avant d’être à temps plein dans le ministère, la prière était pour moi un rendez-vous avec Jésus. Je venais à sa rencontre sans agenda précis et je passais du temps à l’adorer. Je jouissais de sa présence, laissais sa face briller sur moi, écoutais ses pensées...

0 Commentaire(s)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir les nouveaux messages

Je m’inscris à la lettre de nouvelles

dolor. leo. Praesent risus in eget sem, Phasellus amet, dictum consequat. vulputate,

Pin It on Pinterest

Share This